CRISCO

Ineke WALLAERT


JPG - 80.8 ko

Née à Gand en 1968, citoyenne belge néerlandophone, anglophone et francophone, j’ai d’abord obtenu mon diplôme de traductrice néerlandais – anglais et espagnol à l’actuel Vakgroep Vertalen, Tolken en Communicatie de l’Université de Gand. Je me suis orientée vers l’enseignement de la langue anglaise et j’ai passé deux ans à la Hua Zhong Li Gong Daxue (HUST, Wuhan, Chine) pour y mettre sur pied un centre de formation de professeurs non-spécialistes de l’anglais. J’ai ensuite poursuivi mes études à l’Université d’Édimbourg où j’ai d’abord soutenu un mémoire de Master en Linguistique Appliquée en stylistique littéraire, puis un doctorat en Traductologie sous la direction de John E. Joseph. Depuis mon arrivée en France en 1999, j’ai enseigné à l’université de Rennes 1, à l’Université des Antilles et de la Guyane (Campus Schoelcher) et à l’Université de Strasbourg.

Dans ma thèse de doctorat, soutenue en 2004 et intitulée « Baudelaire’s Rewriting of Poe : A Para-Textual Critique of the Translations », j’ai retracé dans une logique post-structuraliste les racines philosophiques de l’approche critique proposée par Antoine Berman, que j’ai appliquée aux traductions qu’a faites Charles Baudelaire de la fiction d’Edgar Allen Poe. Les conclusions de cette étude continuent à alimenter mes intérêts et recherches aujourd’hui, puisqu’elles sous-tendent mon désir de comprendre les fondements philosophiques des démarches traductologiques, en particulier le rôle primordial des paratextes dans la réception d’un ouvrage dans la culture cible. Mes études en linguistique me permettent de continuer à mettre en œuvre les outils de la grammaire, de la syntaxe, de la stylistique, de la pragmatique et de l’analyse critique des discours pour appuyer mes observations sur les façons dont les traducteurs dessinent leur « position traductive » (Berman) dans leur choix de traduction. Au-delà de l’histoire de certaines traductions, je m’intéresse aussi à l’histoire du traduire, de sa théorisation et de son importance dans la transmission des textes, dans la généalogie de nos savoirs, dans la construction des langues nationales et des identités culturelles, et dans la formation des canons littéraires. Ma recherche continue également à être nourrie de ma propre expérience de traductrice, par laquelle je m’intéresse à la traduction de textes relevant du domaine des sciences humaines (sociologie, psychologie, musicologie, philosophie, …).

Principales publications

- Wallaert, Ineke. « Hermeneutic Uncertainty and Prejudice » in Des zones d’incertitudes en traduction. Meta 61, n° 1 (mai 2016) : 165–186. Print.
- « Writing Foreign : The Paradoxes of Baudelaire’s Neologizing Strategies in His Translations of Poe. » in Inscrire l’altérité : emprunts et néologismes en traduction. Palimpsestes n° 25 (2012) : 69–92. Print.
- « Baudelaire’s Rewriting of Poe’s Fancy and Imagination. » in Les Traductions Extraordinaires de Poe. Ed. Nadia d’Amelio. Editions CIPA collection Langage et Société. (2010) : 81-99. Print.
- « The Elephant in the Dark : Corpus-Based Descriptions of Translators’ Style. » Les Cahiers Du GEPE n° 2 (2010) : n. pag. http://www.cahiersdugepe.fr/index.php
- « Du fantastique au gothique : ‘La Chute de La Maison Usher’ de Charles Baudelaire. » in SFT Revue Traduire n° 219 (2009) : 47–69. Print.
- « Translating Sociolects : A Paradigm of Sociological Issues in Translation ? » in Language across boundaries n° 16. BAAL - British Studies in Applied Linguistics (2001) : 171–184. Print.


Enveloppe