CRISCO

Salle SH 027 - MRSH, les mardi 21 et mercredi 22 avril 2015

Journées d’étude : "Les Constructions comme unités fondamentales de la langue", organisées par Dominique LEGALLOIS et Adeline PATARD (Laboratoire CRISCO, Université de Caen)

présentées par Dominique LEGALLOIS et Adeline PATARD


Dates : les 21 et 22 avril 2015

Salle des Actes (SH 027) MRSH,

Université de Caen, Campus 1

La notion de Construction a émergé du paradigme de la linguistique cognitive il y a une vingtaine d’années, principalement aux États-Unis. Depuis, le succès des Grammaires de Construction a été grandissant, jusqu’à la parution en 2013 du Oxford Handbook of Construction Grammar, venant en quelque sorte consacrer dans le champ de la linguistique les apports des approches constructionnelles. Dans le domaine de la linguistique française, les études sur les constructions restent encore peu visibles (cependant, Lambrecht 2008). Les raisons de cette discrétion sont sans doute à chercher en partie dans l’aspiration de ces études à préserver une certaine indépendance face à la linguistique cognitive qui n’a pas eu en France, le même succès que dans les autres pays européens. La journée d’étude, qui aura lieu à l’Université de Caen, a pour objectif d’explorer les nouvelles perspectives offertes par la notion de Construction dans divers domaines de la linguistique française. Elle permettra de rendre plus visible l’ensemble des recherches menées autour de cette unité, que ce soit en diachronie ou en synchronie, sur la langue parlée ou écrite.

On considérera, entre autres, que :

• une construction est un appariement d’une forme et d’une signification (ou d’une fonction pragmatique). Cette relation s’observe bien sûr dès le niveau morphémique mais, et c’est là l’originalité de l’approche constructionnelle, elle concerne également les schémas syntaxiques lexicalement sous-déterminés, dotés de propriétés sémantiques ou pragmatiques (voire prosodiques) propres ; par exemple : GnS V GnO (construction transitive), GnS V GnO à GnOI (construction ditransitive), Adj comme Gn (comparaison avec parangon), le Gn est que P (construction spécificationnelle), L’année X a vu Gn Inf. (par ex. L’année 2013 a vu l’économie enregistrer de nombreux soubresauts), etc. • une construction constitue un attracteur pour des classes d’éléments lexicaux, et peut, de ce fait, exercer une coercition sur des éléments a priori non prédestinés à intégrer la construction (par exemple : Elle me gazouille un petit rire cristallin (San Antonio, Mange et tais-toi !). • une construction peut être appréhendée à différents niveaux de spécificité ou de schématicité (Gn1 empêcher Gn2 de Inf. // Gn1 V Gn2 de Inf. ) • une construction possède des propriétés grammaticales ou sémantiques qui lui sont en partie propres (par ex. la notion générale de sujet s’applique-t-elle aux Gn des constructions spécificationnelles ?).

Les contributions aborderont des questions telles que : • les traits définitoires ; par exemple, le trait de la non-compositionnalité est-il suffisant ? Si les constructions ont une validité psycholinguistique, des critères autres qu’exclusivement linguistiques peuvent-ils intervenir dans leur définition ? • La didactisation des constructions ; de nouvelles propositions se font jour en didactique, qui tentent à appliquer des principes issus de la linguistique cognitive à l’enseignement des langues (cf. Holme 2010). Parmi ces principes, les constructions ont une place privilégiée : leur enseignement se substituerait (ou deviendrait complémentaire) à celui de la combinatoire règles – lexique, et trouverait une place naturelle dans les perspectives actionnelles. • L’acquisition des constructions ; si le modèle des « exemplaires » concrets possède une validité, comment s’opèrent les processus de schématisation (ou d’abstraction) ? Quelles constructions bénéficient en premier de ces processus ? • La notion de construction et sa compatibilité avec les modèles non cognitifs ; si la notion de construction préexiste aux « Grammaires de construction » (cf. Bouveret et Legallois 2012), dans ce cas, on peut envisager sa pertinence dans diverses approches non spécifiquement cognitives. • La place de la constructionnalisation (constructionalization) en linguistique diachronique ; Les études diachroniques sur les Constructions se développent et mettent en relief les facteurs de grammaticalisation ou pragmaticalisation (cf. D. Noël 2007, Traugott et Trousdale 2013). • La sémantique / pragmatique des constructions ; si les constructions sont des unités qui s’apparentent en partie aux lexèmes, les linguistes constructionnalistes sont alors confrontés aux mêmes enjeux théoriques qui animent les débats en sémantique lexicale : approches polysémiques vs réductionnistes, sens prototypique vs abstrait, etc.

D’autres questions sont évidemment envisageables ; on évitera cependant les thèmes centrés exclusivement sur les méthodologies statistiques.

Dates importantes Fin septembre : appel à communication 30 novembre : transmission des intentions de communication 15 janvier 2015 : soumission des propositions 31 janvier 2015 : notification des décisions 21 avril 2015 : journée d’étude

Les propositions de communication devront être développées (minimum 2 pages, avec bibliographie). Elles porteront sur le français (des comparaisons avec d’autres langues sont envisageables). Les propositions devront être envoyées avant le 15 décembre 2014 à Adeline Patard et Dominique Legallois (en même temps que vos vœux de bonne année) aux adresses adeline.patard AT unicaen DOT fr et dominique.legallois AT unicaen DOT fr

On indiquera dans l’objet du message : journée Constructions

Bibliographie indicative Boas H. et F. Gonzálvez García (éds.) (2014) Romance Perspectives on Construction Grammar, Benjamins Bouveret M. et Legallois D. (éds) (2012). Constructions in French. John Benjamins Pub Co, 2012 François J. (2008) « La Grammaire de Construction, un bâtiment ouvert aux quatre vents », Cahiers du Crisco 26. Holme, R. (2010). « Construction grammars : towards a pedagogical model. » AILA Review, 23, 1, 115-133. Lambrecht K. (2008) « Contraintes cognitives sur la syntaxe de la phrase en français parlé » in Van Raemdonck D. Modèles syntaxiques, la syntaxe à l’aube du XXIe siècle, Peter Lang, 247-278 Noël D. (2007) « Diachronic construction grammar and grammaticalization theory » In : Functions of Language 14:2. iv, 148 pp. (pp. 177–202) Traugott E. & Graeme Trousdale (2013 ) Constructionalization and Constructional Changes. Oxford : OUP Trousdale G. & Hoffmann Th. (eds.) (2013) The Oxford handbook of Construction Grammar. Oxford University Press

Programme et résumés

Documents joints


Enveloppe