CRISCO

Pauline SERPAULT

Doctorante en linguistique anglaise


UFR LVE

Formation Universitaire

- 2011- : Doctorat en cours sous la direction de M. Eric Gilbert

- 2010-2011 : Agrégation externe d’anglais.

- 2009-2010 : Master 2 mention Linguistique, spécialité Linguistique Anglaise, Langues et Traduction. Université de Poitiers.

- 2006-2007 : Licence Anglais, mention Langue Littérature et Civilisation Etrangères. Université de Poitiers.

Titre de la thèse

Tentative d’analyse énonciative des « semi-modaux » have to et ought to

Résumé de la thèse

Cette étude des formes have to et ought to utilise les outils de la Théorie des Opérations Énonciatives et exploite les données empiriques d’un corpus d’énoncés authentiques. Ces deux marqueurs, traditionnellement dénommés “ semi-modaux ” en raison des sens qu’ils véhiculent en contexte sans pour autant partager le fonctionnement syntaxique des auxiliaires modaux de l’anglais, sont encore très peu explorés à ce jour, et n’ont à notre connaissance donné lieu à aucun essai de formalisation dans le cadre théorique de l’énonciation. La mise en évidence d’invariances fonctionnelles, aptes à prévoir et à expliquer les variations sémantiques manifestées par les emplois de ces deux marqueurs, permettrait pourtant dans le même temps de tester la légitimité des rapprochements traditionnellement effectués entre have to et must d’une part, ought to et should, d’autre part. Elle permettrait également d’apporter un éclairage différent sur le système de la modalité en anglais en l’abordant par le biais de formes extérieures au paradigme classique des auxiliaires modaux, mais supposées néanmoins entrer en variation libre avec certains d’entre eux.

L’étude des deux formes en synchronie exige au préalable la compréhension des différents stades de leur évolution diachronique. Cette étape est d’autant plus indispensable qu’il est possible d’établir des rapprochements historiques entre les deux structures. L’étape suivante de formalisation veille à prendre en compte les valeurs intrinsèques de to ou de have dans ces constructions. L’analyse est également enrichie par des comparaisons avec les auxiliaires must et should, lesquelles donnent lieu à d’inévitables questionnements sur l’opposition traditionnelle “ subjectif ” (modaux) / “ objectif ” (semi-modaux), pour laquelle une révision semble s’imposer. Cette remise en question implique à son tour une analyse contextuelle susceptible de prendre en compte les jeux énonciatifs, pragmatiques et rhétoriques potentiellement mis en place par ces deux formes en discours.

Expérience Professionnelle

- 2014-2016 : ATER, UFR LVE : Grammaire LLCE L1 et L2, Compréhension-Expression.
- 2011-2014 : Activité d’enseignement (64h TD/année), UFR LVE : Grammaire L2 LLCE (2011-2014), Grammaire L1 LLCE (2011-2012 semestre 1), Grammaire L3 LLCE (2012-2013 semestre 1).
- 2007-2008 : Assistante de français, St Michael’s College, Enniskillen, Irlande du Nord.

Publications

- 2015 : "There must be an explanation / There has to be an explanation : Tentative d’analyse énonciative du « semi-modal » have to." The Canadian Journal of Linguistics / La revue canadienne de linguistique 60.2, p. 163-185

- 2015 : "Position et valeur de l’adverbe en anglais, l’exemple de yet", avec Lise Hamelin (LDI) in V. Amary et E. Roussel (éd.), Travaux linguistiques du Cerlico - N° 28, Linéarité & interprétation 1, Perception de la linéarité : quelles interprétations ?, p. 85-102

Communications

- 13-14 juin 2014 : « Position et valeur de l’adverbe en anglais : l’exemple de yet ». En collaboration avec Lise Hamelin (Université de Cergy-Pontoise, laboratoire LDI). 28ème Colloque international du CerLiCO, « Linéarité et Interprétation », Université de Caen Basse-Normandie.

- 20-22 juin 2013 : « L’absence du ne de négation en français oral contemporain est-elle si singulière ? C’est pas sûr ». En collaboration avec Jérémy Castanier (Université de Poitiers, laboratoire FoReLL E.A.3816). Colloque international « Si j’aurais su, j’aurais pas venu ! Linguistique des formes exclues : descriptions, genres, épistémologie », Université Libre de Bruxelles.

- 23 mai 2013 : « There’s a difference between “must” and "have to”. There has to be a difference. Tentative d’analyse énonciative du “semi-modal” have to ». Séminaire des doctorants du Crisco, Université de Caen Basse-Normandie.

- 25-26 janvier 2013 : « There must be an explanation…There has to be an explanation. Tentative d’analyse énonciative du “semi-modal” have to ». Colloque International de Linguistique GReG PLS III « Sens attendu/inattendu dans les langues », Université Paris Ouest Nanterre La Défense.


Enveloppe